Enlumimurs

Publié le par jelk

tn affiche 002a

cliquez sur l'image

 

Le projet d'exposition "enlumimurs" veut s'inspirer du travail des calligraphes et enlumineurs médiévaux du haut et bas moyen âge. Les murs deviennent parchemin, les toiles d'abstraction lyrique et leurs déclinaisons photographiques en détails se transforment tour à tour en enluminures, miniatures ou lettrines. La poésie, quant à elle, est écrite en rapport avec le contenu spirituel des toiles, sur le modèle d'une forme fixe du 15ème siècle (le chinquain*), et figure le texte calligraphié. L'installation est conçue autour du thème du carré, symbole de la terre (quatre directions), du temps (quatre saisons) et de l'univers créé (quatre éléments). Le carré a souvent été utilisé au moyen âge en architecture et dans les préaux des cloîtres où il représente l'Eden divisé par les quatre fleuves ainsi que dans la mise en page des miniatures ou des lettrines des manuscrits et autres évangéliaires. Le choix du transept nord de l'abbatiale du prieuré de Marcillac-Lanville présente donc un double intérêt, du fait de son caractère médiéval et monastique mais également au regard de sa forme quasi carrée et peut à se titre constituer l'incunable original de cette écriture picturale singulière.

 

de Jean-Luc Aotret

 

* Nom donné par les « Grands Rhétoriqueurs » (poètes chroniqueurs de la fin du 15ème siècle) à un « Quintil » (strophe de cinq vers) de forme aabba.

Publié dans chinquains

Commenter cet article